D'un printemps à l'autre

  • Le 27/04/2021

      Des nouvelles de la nurserie :

   L’année écoulée a été émaillée de joies horticoles :  boutures et éclats de plantes venues du précédent jardin en Alsace et mises en jauge dans l’ancien moulin à pommes ;

     Cadeaux d’amis, qui laissent ainsi symboliquement un peu de leur belle présence entre deux visites ; dons et échanges de plantes à l’occasion de riches  rencontres humaines ; boutures encore, l’occasion faisant le larron sur un bord de route avec des plantes abandonnées au friche ; multiplication de plantes résilientes du domaine, fête des jardins à Pommorio et brouettée de plantes coup-de-cœur ... les occasions n’ont pas manqué, et si le jardin n’en est pas encore visuellement transformé, c’est parce qu’il s’agit de bébé-plants ! 

 

​​​​​​      Une belle rencontre : la collection de Monsieur Hortensia

   Entre l’hortensia Bigleaf, à la nuance rose violacée mal définie si commun dans les vieux jardins de Lorraine, et l’image de carte postale des généreux hortensias bleus de Bretagne, il y a tout un monde de formes et de couleurs. Le paradis est souvent à la porte et la découverte cet automne du jardin privé de « Monsieur Hortensia » à Lanloup a été une révélation !

Plats, boules, coniques, à fleur de lilas, étoiles ou fleurons géants ; blanc pur, roses tendre ou fuchsia,  pourpre, verts ou bleus ; unis, bicolores, mouchetés ; bas, arbustifs ou grimpant ; et des noms à ne plus finir d en rêver ! 

   La signification  de l’hortensia est à sa mesure : symbole de froideur de sentiment, voire d’orgueil pour les anglo-saxons, il est marque de pardon et de sentiments sincères allant jusqu’ à l’amour au Japon ; autant dire qu’il s’applique à toute une palette affective.

... ce qui justifie sûrement notre passion naissante pour cette fleur, et la joie d’avoir été autorisés à en faire quelques boutures, comme autant de trésors...

 

      En pratique, comprendre les boutures

   Il existe beaucoup de tutos techniques, et d’articles bien documentés par d aimables amateurs et d estimables professionnels; aussi s’agit-il ici simplement de donner du sens à cette aventure : 

En préalable : Protéger des maladies  et autres malveillants invisibles, qui se transmettent par le toucher-contact.

Non on ne met pas de masque à la bouture ! Mais on désinfecte à l’alcool le sécateur et autres outils de coupe avant et après l'opération.

Mutiplication 3
  • Pour dupliquer la plante, on va en prendre un morceau : c’est possible sur un bout de racine ; c’est plus connu  à partir d’un morceau de branche : en choisir une de l’année pour sa vigueur, juste lignifiée s'il s’agit d’un arbuste,  pour sa résistance ; de préférence, une qui n’a pas fleuri (car elle a alors déjà utilisé une partie de son potentiel)
  • Du potentiel, justement : à la base des feuilles sur la branche se cache une promesse de bourgeon, l’œil, capable de lancer une branche à l’assaut du ciel s’il est exposé à l’air  - ou tout aussi bien projeter des racines s'il est enfoui aux profondeurs de la terre ! Il s’agit donc simplement de couper la petite branche juste sous l’insertion d’une feuille...
  • Ce morceau a déjà tout ce qui est nécessaire à sa reprise ;  on peut cependant le stimuler par des  hormones de croissance (synthétique ou eau de saule maison) et des nutriments (pastille d’engrais libération lente ou trempage dans du miel)
  • Donner envie sans s’épuiser dans toutes les directions (c’est toute la finesse d’une juste motivation) préserver une  longueur de 10 à 25 cm selon diamètre de la tige ( de fin jusque 1cm de diamètre )avec une seule paire de feuille en haut pour tirer la sève ( on peut couper à moitié pour réduire surface si grande feuilles)
Mutiplication 5
  • Enlever ce qui va pourrir et ne garder que ce qui va poursuivre l’aventure de la vie,  c’est à dire enlever soigneusement les feuilles basses sans abîmer la promesse du  bourgeon
  • Mettre en terre le tronçon ainsi obtenu  (ou en eau mais ça ne marche pas pour toutes les plantes) , dans un mélange de terre légère/ terreau pour faciliter le chemin des jeunes racines , à garder humide. 
  • Laisser le temps, une année, au bébé plante de grandir avant de le transplanter.

Profitez bien du printemps et de vos jardins !

A bientôt !

château de Lanloup Manoir de Lanloup Lanloup herboristerie jardin printemps Laudato Si recettes boutures plant hortensia jardiner rénovation jardin