Dossier de Présentation

du projet de renaissance et valorisation du château de Lanloup

et de ses espaces naturels

Le Domaine du Château de Lanloup est un réservoir de biodiversité à préserver et valoriser.

Il est composé de prés, talus, chemins plats et creux, champ, jardin, verger, bois, taillis et zone humide, ainsi que de bâtis principaux et annexes. Cette richesse de milieux différents sur un espace relativement restreint en fait un oasis naturel pour la flore et la faune.

Malgré le souci de préservation mis en avant dans le zonage du PLU, le domaine doit aujourd'hui repartir dans une gestion plus continue, une mise en valeur de l'existant et le développement de nouveaux espaces car on constate une dégradation des milieux naturels le composant, mettant en péril cette biodiversité.

 

  Notre projet intègre ces données et a pour but de restaurer et valoriser cet aspect environnemental essentiel.

  Notre projet est aussi un projet économique mûri depuis plus de dix années, qui trouve dans le château de Lanloup son aboutissement de pouvoir créer un jardin et un parcours sensoriel, de permettre de créer de l’hébergement dont celui proche de la nature et enfin s’inscrit dans un projet de replacer le château de Lanloup et son histoire dans une histoire commune avec son environnement.

Notre projet comprend aussi un volet hébergement pour redonner une place vivante au domaine en permettant de l’inscrire dans un développement de vie communale et touristique ouvert mettant en avant le patrimoine bâti et les espaces naturels du château.

 

Valorisation du Patrimoine Bâti et intégration de nouvelle forme d’habitat pour une experience en lien avec la nature 

Un patrimoine architectural datant du 15° Siècle…

Alors que le château à toujours été un lieu de vie et d’histoire….

Histoire de vie communale, de jeux pour les enfants dans les bois, de zone de passage entre les hameaux et le bourg, chemin des écoliers, …. ;

Vue modélisée en 3D du projet de création et renaissance du domaine

Superficie disponible pour le projet 4.5 Ha

Les Espaces Naturels

Jardin remarqué – jardin remarquable

Situation et atouts :

- un ancien jardin à la française (photo 1950)  retourné à l'état de pré et roncier, avec des restes de verger, d'arbres d'ornement, de tonnelle,

- clos de murs de pierre, orienté nord est, lui-même ceint à l'ouest et au nord  par une haie bocagère, à l'est par un champ cultivé, au sud par le manoir

 

Valorisation

- s'appuyer sur les structures fortes : reconstituer en le complétant le verger, valoriser l'ancien moulin à pomme et le cadran solaire sur pilier par un jardin structuré

- mettre en place un  outil pédagogique, non pas  conservatoire mais lieu d'éveil, en complément du sentier sensoriel.

 

 

partager :

- faire participer les visiteurs à la diversité du jardin (réduction accordée à ceux qui apportent graines et plans) dans une démarche écoresponsable.

- s'inscrire dans la continuité de l'histoire lanloupaise (jeux des enfants, musicien célèbre)- ouverture du jardin (journées du patrimoine, journées des plantes, journées musicales, ateliers de jardinage) ; labélisation (à maturité, jardin remarquable)

Création d'un jardin des sens, comprenant :

- une zone de jardin à la française au pied du manoir

- une roseraie (cheminement, arches, massifs, signalétique,)

- un espace jardin de curé avec signalétique des plantes médicinales, tinctoriale, symboliques, bibliques...

-  une zone potagère de type permaculture sur couche, sous écolabel + poulailler

- un verger avec formes libres et palissées

- un espace de pré -réserve de biodiversité- fleuri libre et fauché tous les deux ans (permettre la nidification d'insectes et arachnides)

- une petite zone efficace et pédagogique de phytoépuration fleurie (iris, menthe, massette...)

- une zone de jeux anciens

- un jardin secret « nancéen »avec notamment des  pivoines et lilas des pépinières Lemoine (pour accueillir des formations musicales dans l’esprit du compositeur Ropartz)

     

La zone boisée

Ses atouts :

- un milieu diversifié : bordé à l'ouest par une haie classée, à l'est par la zone humide, au sud par le chemin traversant de pays. S'y entrelacent des murets, des fossés et talus, un chemin creux, des aplats arborés en ligne, une carrière, en plusieurs dénivelés, créant des espaces successifs propices à la biodiversité et à la découverte.

- son positionnement permettant une boucle de sentier thématique.

 

 

Valorisation 

- recherche des structures préexistantes et valorisation (rénovation des murets, fossés...)

- création d'une continuité de sentier sensoriel partir de ces structures, à vocation ludique et pédagogique :

            1 / Au sol: un sentier pied-nu, avec des textures préexistantes (terre battue, pierre plate, feuilles...) ou rapportées (paillis, sable, galets...), certaines à vocation pédagogiques  = dalles sensorielles (dalle de mortier où sont en-creux des empreintes de passage d'animaux : chevreuil, hérisson, martre, sanglier, renard, crapaud..)

            2/ à hauteur d'homme : un arboretum avec signalétique reprenant les espèces en place (chêne seccile, chêne pédonculé, chêne macrophila, hêtre, frêne, bouleau, noisetier argenté, érable champêtre, châtaigner...) et des espèces complémentaires ( compléter la collection de chênes, d'érables, de noisetiers...) ; des points d'observation de la faune (oiseaux, animations visuelles et panneaux relatifs aux animaux.) ; des points de land-art (vieux arbres, souches, insertion dans les murets, arches de branchages)

            3/espace préservé : actuellement zone de passage en tous sens, ce qui peut effrayer la petite faune ; les déplacements ne seront autorisés que sur sentier, préservant le caractère naturel de la zone.

Actions :

→ Sécurisation (arbres partiellement tombés, en équilibre instables...)

→ Mise en place de chantier participatif de rénovation des structures, de tracé du sentier

→ Création de fiches pédagogiques et d'animations

→ Réflexion sur  un accès facilité pour les lanloupaise (carte de résident?) et un partenariat écoles (visites scolaires sur des journées réservées?)

→ Continuité au débouché sur le jardin remarquable

→ Complémentarité de la boucle de randonnée de pays

La haie bocagère

Le bocage mêle haies larges (bandes arbustives), champs cultivés et prairie.

Le domaine du Château de Lanloup participe au maillage du bocage lanloupais.

- haies larges/bande arbustive côté ouest (rôle de brise-vent) depuis le portail sur route, par la grande allée arborée, et le long du surplomb arboré classé au PLU ;  longueur de talus/fossés/murets, constituant un corridor biologique (oiseaux, insectes, petits gibiers, stockage de carbone).

- champs cultivés en lisière de cette haie, en fermage

- prairie : entre la haie surplombant le chemin, et le jardin (frein naturel aux écoulements d’eau, participe au bon fonctionnement des équilibres naturels)

 

Cette zone bocagère est actuellement en mode dégradé et nécessite une restauration et une valorisation :

- la haie est envahie de sapinette et de laurier-palmes qui se développent fortement,  au détriment des espèces indigènes de la haie bocagère (chêne, châtaigner, noisetier, érable champêtre)  et portent une ombre dense d’après-midi sur la prairie. Le développement de ces laurier-palme (ancienne haie d’agrément) risque de conduire à la constitution d’un néo-bocage mono spécifique.

- le champ est mordu en sa partie chemin par des rejets, du fait d’un défaut d’entretien. Le mur de soutènement, caché par ces rejets, n’est plus exposé au soleil (au détriment des insectes de murailles tels les lézards)

- la bande de prairie se dégrade en enrochement, par l’envahissement et l’ombre portée des laurier-palme, des ronces, et par conséquent la disparition des plantes de lisière et de prairie entretenue.

→ Rénovation (embocagement)

- haie vive à la place de la haie de laurier-palme

- haie plessée en bordure de prairie

- haie de bois d’œuvre,

- de préservation de faune (arbres creux stables pour nichoirs et abris naturels, lierre pour nourrissage et protection d’insectes et petits animaux))

Valorisation 

- Une partie de cette haie longe et surplombe le chemin de randonnée de pays pour lequel le château de Lanloup est partie prenante.

Intégrer une portion de sentier découverte de haie bocagère ; afin de sensibiliser les randonneurs sur la richesse de cet espace, (moyen de panneaux pédagogiques d’observation)

Mettre en place un chantier participatif pour rendre les participants acteurs du milieu : nettoyage,  peuplement

Organiser des animations auprès des riverains lanloupais,  du public et des scolaires : sorties pédagogiques pour les enfants, fêtes de la nature annuelles, visites guidées du milieu

Participer à des labellisations

Insérer sur la bande de prairie-lisière de haie, de l’habitat insolite, afin tout à la fois de pérenniser sa valorisation, et faire découvrir par immersion la richesse de ce milieu à un plus large public (y compris de citadins venant en vacances « à la campagne »).

La zone humide

Les zones humides (ZH) ont d’importantes fonctions écologiques :

- hydrologiques

- biologiques : réserve biodiversité (faune et flore) :

-climatiques

En pratique la ZH sur la partie acquise est un milieu fragile, en régression depuis les années 1960, altérée ou détruite par aménagements divers (construction, remblais, ) , par pollution,

 Par l’intensification de pratiques agricoles, soit à l’inverse par abandon et enfrichement, ce qui est le cas de la ZH du château de Lanloup.

L’enjeu de la conservation de la zone humide est la préservation

- de la biodiversité qu’elles abritent : ex : vipères (espèce protégée) ; roncier = mène à la disparition de la  prairie donc des fleurs d’orchis et stachys ; l’enfrichement du bois humide fait disparaître iris et massettes

- de leurs fonctions hydrologiques ruisselet, prairie humide...→ fontaine Goulven

Cela signifie ne pas laisser s’enfricher mais valoriser.

 

Atouts de la ZH du château de Lanloup : bénéficie de différentes hauteurs d’eau au cours des saisons, mais aussi de dénivelés au travers de dépressions et points hauts, d’ensoleillement selon l’adret et l’ubac ; ce qui conduit à un mosaïque d’habitats variés pour la faune et flore de ZH : bois d’aulne et saule, ruisselet, prairie humide, faisant fonction de phytoépuration naturelle de la collecte de l’eau de ruissellement des champs en amont, avec résurgence à la fontaine Goulven.

 

Valorisation  

Il s’agit donc de réhabiliter ce milieu humide à l’abandon pour (re)créer un réservoir de biodiversité :

Intégrer une boucle de sentier découverte de ZH ; afin de favoriser l’accès du public et le sensibiliser sur la richesse de ces espaces. Ce sentier doit intégrer un aménagement (ponton?) pour tenir compte de l’humidité du sol, et éviter un impact négatif des visites sur le milieu (piétinement, dérangement) 

protéger l’accès (actuellement sert de toilettes sauvages pour les automobilistes) par une barrière naturelle (saule?)

mettre en place un chantier participatif pour rendre les participants acteurs du milieu : nettoyage,  peuplement, mise en place du sentier

Organiser des animations auprès des riverains lanloupais,  du public et des scolaires : sorties pédagogiques pour les enfants, fêtes de la nature annuelles, visites guidées du milieu

Participer à des labellisations (LPO,  journées nationales des zones humides)

Ajouter un commentaire