Et cela était très bon

  • Le 14/04/2020

Lorsque la nature «reprend ses droits » cela passe par une phase d'ensauvagement et de chaos apparent : arbres morts, déchaussés ou tombés, ronciers plus ou moins impraticables, adventices rapidement qualifiées de mauvaises herbes...

Et pourtant, sous le désordre apparent, il y a un processus ordonné.

Le comprendre permet de redécouvrir le terrain , dans ses composantes naturelles et apprivoisées. C est à cette tâche primaire que nous nous attelons, afin de mettre en cohérence rêves, projets et réalité du terrain.

La plupart des paysages et milieux que nous connaissons, y compris des zones naturelles protégées, sont le résultat heureux d un accompagnement de la nature par l'homme.

L'homme les reçoit et en devient responsable.

Dans le très beau récit biblique de la genèse, la création est structurée en 7 jours , dans le sens d une complexité croissante du vivant.

Pourquoi ne pas nous en inspirer pour identifier et apprivoiser les différents milieux de notre domaine ?

Au commencement ....

Il suffit d observer, et porter les renseignements sur plan, le mieux étant de porter chaque plan d’ étape sur calques superposables.

Au travail !

1- il y eut un soir, il y eut un matin : la lumière

  • Quel est l ensoleillement selon les saisons, selon le moment de la journée, selon les ombres portées ( des bâtiments , des arbres...) ?

  • Les températures associées

2- les eaux du dessus et les eaux du dessous :

  • la pluviométrie du lieu, les vents amenant la pluie

  • Les sources, puits et points d eau, les remontées capillaires ou au contraires les rocailles seches

  • Les ruissellements, stagnations et détrempes

3-la verdure, semence et espèces

  • identifier les structures : arbres, haies

  • Identifier les espèces : celles introduites par l homme et celles complètement sauvages , choisir celles à valoriser

  • Plantes bio indicatrices : ces plantes qui donnent des indices sur la nature du sol, sur les traces d activité humaine

4- marquer les époques, les jours et les années :

  • lister les interventions à réaliser par degré d urgence et de nécessité

  • Détailler le projet et établir un échéancier des étapes

  • S’autoriser à laisser passer les 4 saisons sur le projet avant sa pleine réalisation, pour l'ajuster au réel.

5- soyez feconds

  • identifier la faune présente ( insectes, animaux...)

  • Protéger/favoriser : nichoirs, refuges, bains et abreuvoirs...

  • Intégrer : les « nuisibles » peuvent être réintégrés dans un écosystème équilibré

6-l’homme responsable :

« Toute volonté de protéger et améliorer le monde suppose de profonds changements dans les styles de vie (...)Le développement humain authentique a un caractère moral et suppose le plein respect de la personne humaine, mais il doit aussi prêter attention au monde naturel et tenir compte de la nature de chaque être et de ses liens mutuels dans un monde ordonné »

et voici que cela était Très bon !

7- le septième jour, temps de repos :

« Ce jour est offert comme le jour de purification des relations de l humain avec Dieu, avec lui même, avec les autres et avec le monde (...) Nous sommes appelés à inclure dans notre agir une dimension réceptive et gratuite, qui est différente d une simple inactivité »

Ces paroles très actuelles de Laudato Si nous incitent à revisiter notre travail, au jardin naturel comme dans notre jardin intérieur - et ce temps de confinement s y prête bien.

Car on ne fait pas pousser les fleurs en tirant sur la tige !

 

 

château de Lanloup Manoir de Lanloup Lanloup herboristerie printemps jardin Laudato Si permaculture design